Cut

Depuis cinq saisons, le succès de la série télévisée CUT, entièrement tournée à La Réunion, n’en finit pas et va même crescendo ! Une véritable aubaine pour l’île qui bénéficie en plus d’une reconnaissance internationale, de retombées économiques fortes et du développement d’une filière audiovisuelle locale. Rencontre avec Stéphane Meunier, producteur de la série, également connu pour avoir réalisé le documentaire culte Les yeux dans les Bleus lors de la victoire de l’équipe de France à la coupe du monde de football de 1998.

un succès réunionnais en série !

Présentez-nous votre série cUT en quelques mots ?
Stéphane meunier : C’est une série de 70 épisodes par an qui compte déjà cinq saisons diffusées et une sixième en préparation. Une série populaire
et familiale avec des héros récurrents, dans le format de Plus belle, la vie, entièrement tournée sur l’Île de La Réunion. C’est une série locale mais à vocation internationale, pour intéresser tous les publics où qu’ils soient. Nous avons construit la série comme si La Réunion avait quelque chose d’universel, avec sa grande mixité ethnique, sociale et ses décors variés. C’est aussi une série urbaine de vie quotidienne, avec des problématiques de gens qui travaillent !
quels sont les apports professionnels de cette série pour l’île ?
S.m. : En grandissant, la série s’est améliorée en termes de facture et d’audience. Elle est, à mon sens, de plus en plus réussie parce qu’elle s’appuie sur les talents locaux. Elle emploie un nombre croissant d’acteurs et de techniciens réunionnais. Certains ont démarré une carrière professionnelle dans l’île grâce à la série et sont maintenant bien présents sur ce marché. CUT a permis de pérenniser un certain nombre de postes et de jobs dans le secteur audiovisuel de l’île. Nous tournons environ quatre mois par an en double plateaux. On se retrouve dans un système vertueux. La série emploie de plus en plus de personnels locaux.
Ils représentent la moitié de l’ensemble des techniciens et acteurs, sur une quarantaine de personnes, chiffre en constante augmentation. Les gens sont attachés au projet et au tournage de CUT. Ils donnent beaucoup à cette série, ce qui la rend meilleure année après année, grâce une vraie progression des compétences. Chacun prend de plus en plus de responsabilités sur la série.
quelles sont les retombées économiques et en termes
de rayonnement pour l’île ?
S.m. : Le tournage de la série réinjecte environ 1,5 millions d’euros par an dans l’économie locale, en comptant l’hôtellerie, la restauration, les techniciens locaux et la location de matériel...
CUT est la seconde série la plus téléchargée, après Plus belle, la vie,
sur le site de France Télévisions. C’est un programme multi-diffusé et qui a vocation à l’être encore des années, sur tout le réseau des « Premières » dans les DOM, sur France Ô, sur France 3 l’été, et également sur TV5 Monde qui diffuse à l’international. La série participe avec certitude au rayonnement et à la visibilité de la Réunion. Ce sont plus de 350 épisodes multi-diffusés dans lesquels on voit les cirques, le lagon, le volcan mais aussi les villages et les terres de toute l’île.
qu’est-ce qui vous a poussé à choisir La Réunion pour ancrer votre série ? S.m. : Bien sûr, les décors exceptionnels... Mais la Région Réunion a eu une vraie volonté d’inciter et de développer les tournages dans l’île. L’audiovisuel est une industrie mondiale et les décors sont en compétition les uns avec les autres. Il faut reconnaître que la Région Réunion est particulièrement dynamique. C’est une des plus attractives de France dans ce domaine. Ils veulent créer une vraie lière et développer de vraies retombées économiques pour l’île. Avec ses décors et la professionnalisation des postes techniques, cet élan va permettre d’accueillir de plus en plus de films et de tournages, comme c’est le cas pour une prochaine série diffusée en prime time sur France 2. Je viens
de tourner une série à Perpignan dans le Languedoc et il a fallu tout importer, technique et personnel, du fait du manque de compétence locale dans la région. Un élu local m’a même demandé de le mettre en relation avec les élus de La Réunion pour connaître leurs méthodes et leur capacité à développer une filière audiovisuelle.
Et je crois que peu de gens le savent ici... Personnellement, après avoir fait
une série familiale, j’aimerais bien faire un polar ici, dans l’île. Alors, à suivre...